Economie sociale et solidaire

ESSLa Ligue de l’enseignement est une entreprise qui s’inscrit pleinement dans l’économie sociale et solidaire. Une des questions majeures posée par la crise actuelle est celle de la reconfiguration des rapports entre économie et société. Les exigences sociales et environnementales impliquent que soit repensé le vivre ensemble.

Pendant longtemps, la solidarité a été du ressort unique de l’État pendant que l’économie s’identifiait au marché. Cette phase semble révolue, les évolutions du monde et de la vie quotidienne amènent à rendre l’analyse plus complexe en introduisant une réflexion sur la façon d’entreprendre et de produire ainsi que sur le rôle de la société civile. De nouvelles actions au sein de celle-ci retrouvent le chemin d’une société plus solidaire.

L’organisation de l’économie sociale lie le projet social et l’initiative collective à l’efficacité économique permettant ainsi de dépasser à la fois la logique du profit maximal et celle d’une économie publique contrôlée par l’État.

Cependant, si l’économie sociale a pratiquement le même âge que la Ligue de l’enseignement, elle est actuellement traversée par les courants d’une économie qui se revendique acapitaliste. Économie sociale et solidaire, tiers secteur, économie sociale de marché, entreprises sociales, entrepreneuriat social… sont autant de vocables qui n’expriment pas exactement la même chose, et qui sont animés de motivations parfois contradictoires.

L’entreprise sociale est certes à la mode, tant chez des entrepreneurs de bonne foi que chez des néolibéraux qui veulent se donner bonne conscience dans un cadre philanthropique. Toutefois le statut associatif, coopératif ou mutualiste des entreprises de l’économie sociale, même s’il n’est pas vertueux par nature, s’efforce d’opérer une transformation sociale par la transformation économique. Il répond de manière transversale et efficace à nombre de problèmes de notre temps. Il fait de la personne la finalité de son action et concrétise ainsi un humanisme qui animait ses penseurs.

La crise économique et financière qui s’est déclenchée en 2007 a non seulement ébranlé l’économie sous sa forme néolibérale, mais a aussi touché le capitalisme au coeur de ce qui fait sa force, c’est-à-dire sa prétendue capacité à produire des richesses efficacement.

L’idée même que le capitalisme est le moins mauvais des systèmes perd de sa pertinence. La colère des peuples monte et s’organise face aux inégalités vertigineuses. Comment peut-on raisonnablement accepter que dans une même entreprise l’échelle des salaires puisse aller de 1 à 10 000 alors qu’Henry Ford, au début du 20 e siècle, estimait que 1 à 20 était le maximum acceptable ?


ess une.pngChiffres clés, afin de situer l’importance de l’économie sociale (associations, coopératives et mutuelles) :

  • 10 % de l’emploi en France
  • 2,3 millions de personnes salariées
  • 215 000 établissements employeurs
  • Plus de 100 000 emplois pourvus chaque année
  • 66 % d’emplois féminins
  • 25 % des actifs à la retraite d’ici 2020, ce qui générera 500 000 embauches dans les dix prochaines années
  • 19,4 % des voix lors des dernières élections prud’homales

Collectifs et partenariats :

Notre action se concrétise par une présence au plus haut niveau dans les instances nationales qui constituent le socle de l’ESS . C’est ainsi que des représentants de notre mouvement occupent directement ou indirectement des postes dans de nombreuses instances : vice-présidence du CSESS (Conseil supérieur de l’économie sociale et solidaire), présidence et viceprésidence du CEGES (Conseil des entreprises, employeurs et groupements de l’économie sociale), présidence de l’USGERES (Union de syndicats et groupements d’employeurs représentatifs dans l’économie sociale), vice-présidence du CNEA (Conseil national des employeurs associatifs), présidence de l’UNALG (Union nationale des associations laïques gestionnaires), présidence d’UNIFORMATION. Il en est de même sur les territoires où de nombreux ligueurs sont présents dans les conseils de prud’hommes, les CRESS (chambres régionales de l’économie sociale et solidaire) et les instances du dialogue social régional.

Pour vos projets ou informations sur l'économie sociale et solidaire, contactez : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. , 02 47 05 44 28