Echanges européens

De la réconciliation franco-allemande à un projet pour l’Europe…

echange1Imaginer une Europe basée sur un vivre ensemble pacifique nécessitait une réconciliation entre nos deux pays, et impliquait pour les jeunes Français et Allemands l’apprentissage d’autres formes de rencontres et de relations.
En 1963, lors de la création de l’OFAJ (Office Franco-Allemand de la Jeunesse), rares étaient les jeunes qui avaient eu la possibilité de se rendre librement dans l’autre pays pour le découvrir. Les trois ou quatre générations qui les avaient précédés avaient toutes vécu une ou deux guerres. Elles s’étaient retrouvées face à face les armes à la main. De là s’était transmisses des images d’ennemi héréditaire. Mettre en avant ce qui était semblable, ce qui unissait les uns et les autres était indispensable.  Il fallait reconstruire un sentiment de communauté de destin à partir du vécu émotionnel positif. 
Nous sommes passés de la priorité donnée à la convivialité et à la découverte, à l’apprentissage de la coopération. Il s’agit désormais de donner aux jeunes vivant en France et en Allemagne la chance d’apprendre à articuler des appartenances plurielles, les aider à bâtir une citoyenneté européenne sachant allier conscience de l’unité et évidence de la richesse des diversités.

Le projet d’échange franco-allemand en Touraine...

Organisée sur le thème « du devoir de mémoire vers une éducation pour la paix », cette action permet aux jeunes allemands et français de contribuer à leur construction de « citoyen européen ». 
Citoyenneté basée sur des appartenances plurielles, la richesse des diversités culturelles, ethniques….les relations interculturelles.  
Née de différents constats (montée des extrêmes ; méconnaissance de l’autre, de ses pairs ;  sentiment de non appartenance européenne ; méconnaissance des organisations et du fonctionnement des deux états…) cet échange a plusieurs objectifs :

- Comprendre l’histoire pour mieux vivre ensemble et ainsi construire une véritable citoyenneté européenne
- Favoriser la mobilité européenne, tant au niveau social, culturel que professionnel
- Permettre les échanges interculturels


Le travail mémoriel

maison du souvenirDès l’origine, les fondateurs de l’Europe ont su que la construction d’un espace de coopération passe aussi par l’éducation, et que si la propagande nationaliste fait des ravages dans les consciences pendant la première partie du XX siècle, une pédagogie de la rencontre et de la paix peut au contraire contribuer à bâtir une société. Un travail particulier se fait sur cet axe mémoriel. Mieux comprendre le processus de génocide pour construire une Europe de la paix, tel est l’enjeu de cet axe. Le village martyr de Maillé, la Ville de Tours, la ligne de démarcation sont les principaux supports à ce travail. La Maison du Souvenir de Maillé, à travers l’expertise de Sébastien CHEVEREAU, nous accompagne dans cet objectif.

La mobilité européenne

Si pour certains publics, l’Europe est devenue une évidence en matière de formation et d’emploi, son rôle est, en revanche moins connu par des publics jeunes peu ou pas qualifiés, en difficulté d’insertion sociale et professionnelle. 
Les changements d’horizons sont depuis toujours une source d’apprentissage. Tout d’abord parce qu’ils sont pertes et reconstructions de repères, puis parce qu’ils sont synonymes de rencontres et de confrontations avec l’autre, d’autres savoirs et d’autres techniques. Pour une personne en difficulté d’insertion en France, une expérience de mobilité en Europe sera donc un véritable temps d’apprentissage professionnel (par les compétences techniques, les savoir-faire, les initiatives, la gestion du temps, la découverte…..), social (respect de l’autre dans sa différence culturelle et linguistique, sa capacité à s’exprimer et à écouter, l’adaptabilité….). 
Cet objectif se déclinera à travers des pratiques professionnelles (espaces verts, ferronnerie, menuiserie…) s’intégrant dans un projet plus global autour la 70ème anniversaire de la création de la ligne de démarcation. Les jeunes participeront à la réalisation de sentier de randonnée, d’œuvres commémoratives, à la signalétique…

L’interculturel

Dans le contexte des rencontres franco-allemandes, l’apprentissage interculturel présuppose une équipe d’animation et de coopération binationale. C’est un rares moyens permettant de s’assurer que les conceptions pédagogiques, les propositions de thèmes, les valeurs politiques et sociales des cultures en présence trouvent leur expression. Il est important d’accepter l’idée qu’une prétendue objectivité risque d’amoindrir, de réduire les richesses des relations binationales. Tenir compte de ces différences c’est être ouvert à des sensibilités culturelles, sociales, institutionnelles, politiques, historiques différentes. L’apprentissage interculturel au cours d’une rencontre passe par le vécu commun. Les temps culturels, festifs, d’animation…sont très importants.

Action en partenariat avec : 

 CG37ofajLogoalphamaison souvenir maille

 

Nous contacter : 02 47 05 44 28 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.